Retour sur... : Rencontre avec Carole Martinez



Carole Martinez était invitée à la rencontre d'écrivain du 3 avril 2008, organisée par Les silos et la Librairie Apostrophe et animée par Georges Olivier Chateaureynaud.
Le vendredi 4 avril, elle nous livrait son sentiment quant à ce rendez-vous.






Le bib :
Bonjour Carole Martinez, quelles sont vos premières impressions suite à cette rencontre ?


Carole Martinez :
Je dois dire que j’ai particulièrement apprécié ce moment, je participe régulièrement à des rencontres avec des lecteurs et chacune d’entre elle est différente.
Ici, à Chaumont, le public était vraiment attentif et réactif, à la fois chaleureux et presque recueilli : l’ambiance idéale !!!
Je me suis vraiment sentie comme faisant partie d’un rendez-vous que le public s’est approprié. On sent que les gens ont pris des habitudes, apprécient le lieu, connaissent Georges-Olivier Chateaureynaud et qu’une réelle complicité s’est établie entre les différents acteurs de ces rencontres.
Que la majorité de l’assistance n’ait pas encore lu mon livre, ne m'a pas gênée car j’ai ainsi eu le plaisir de leur faire découvrir mon roman et j’espère avoir donné envie de le parcourir.
Il faut également préciser que je suis bien accompagnée par Georges-Olivier, qui anime parfaitement le débat.


Le bib :
Comment préparez-vous une rencontre de ce type ?


Carole Martinez :
Je l’aborde généralement de façon spontanée.
Lorsque j’ai commencé la promotion du « Cœur cousu », j’ai été interviewée par Stéphane Guibourgé du Figaro magazine.
Je me suis demandée ce que j’allais pouvoir lui raconter, le livre était fini depuis un an déjà.
Je me suis torturée l’esprit pendant une semaine et j’ai écrit un memo contenant tous les points qu’il me semblait essentiel d’aborder.
Finalement je ne l’ai pas utilisé lors de cette interview, mais cela m’a servi par la suite.
En effet la façon dont je me suis replongée dans le roman à ce moment m’a permis de développer un argumentaire autour du livre : pourquoi je l’ai écrit ? , qu’est-ce-que j’ai voulu y mettre ? , pourquoi tel personnage ? ….
A cela s’ajoutent toutes les rencontres autour du livre, tout ce que les gens ont pu m’en dire, ce qui a donné naissance, en quelque sorte, à « l’histoire de mon livre ».
Lors des rencontres avec le public c’est cette histoire que je peux présenter.
Disposant maintenant de ce vécu et de ce recul envers mon ouvrage, je peux aborder ces rendez-vous de façon spontanée.


Le bib :
Le découpage du livre avec certains chapitres assez courts m’a fait penser à un recueil de contes, souhaitiez vous dès le départ aller dans cette direction ?

Carole Martinez :
Je voulais effectivement écrire quelque chose entre le conte et le roman.
On peut ainsi retrouver dans mon livre, des contes connus : La Belle au Bois Dormant, Les Milles et Une Nuits, Le Petit Poucet. Je me suis amusée à utiliser ces histoires pour différents passages de mon ouvrage, j’essaie également de créer de nouvelles histoires.
D’ailleurs dans « Le cœur cousu » apparait le personnage de l’écrivain par le biais de la narratrice mais aussi celui de la conteuse qui tient une place importante dans le roman.

Le bib :
Finalement ces deux personnages parfois en opposition ne sont ils pas le reflet de votre travail, toujours à mi-chemin entre conte et roman ?

Carole Martinez :
Oui, peut-être, dans la tradition orale de laquelle je viens, les gens avaient envie d’écrire, mais n’en avaient pas forcement les moyens.
Je suis la première à avoir cette possibilité, je me situe ainsi au carrefour de ces deux univers et je peux transmettre par l’écrit tout ce qui m’a été raconté.


Le bib :
Vous êtes pressentie pour participer au Salon du livre de Chaumont. Quel est votre sentiment par rapport à cette nouvelle ?

Carole Martinez :
J’en suis ravie, d’autant plus que je serai certainement amenée à travailler avec des classes.
En tant que professeur j’aime vraiment participer à ce genre d’opération.
De plus, au vu de la rencontre d’hier, j’imagine que l’accueil réservé aux livres et à leurs auteurs doit être très chaleureux.



Vous pouvez retrouver « Le cœur cousu », aux silos, à la cote :
R MAR c

Réactions :

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire