Retour sur.... Rencontre d'écrivain avec Rosie Pinhas-Delpuech, le 22 janvier 2009, Librairie Apostrophe

Chaque mois, dans le cadre convivial de la librairie Apostrophe, à l’initiative de la médiathèque, un écrivain est invité à présenter son parcours littéraire ainsi que son dernier livre. Ces rencontres d’écrivains ont lieu le 3ème jeudi de chaque mois à 18h30. Après François Bon, Michel Lambert ou bien encore Marie-Hélène Lafon, c’est Rosie Pinhas-Delpuech qui était l’invitée de la rencontre programmée le 22 janvier.



C’est Bernard Magnier, journaliste, responsable de la collection Lettres africaines chez Actes Sud, conseiller littéraire notamment pour le Centre National du Livre qui anime cette rencontre. Les deux protagonistes se connaissent bien puisque tous deux ont participé au dernier salon du livre Méditerranée.

Bernard Magnier invite Rosie Pinhas-Delpuech à parler de son enfance, une enfance plongée à Istanbul dans des cultures familiales très différentes, des langues aussi éloignées les unes des autres que le français, l’allemand, le judéo-espagnol, le turc. De ce rapport étroit avec les langues, elle devient l’une des principales traductrices de l’hébreu, et dit avoir bénéficié, par sa naissance dans une ville et un pays situés entre deux continents, de deux cultures, celle de l’Orient et celle de l’Occident, de la prédisposition à la pratique de la traduction.
Rosie Pinhas-Delpuech retrace ensuite son parcours d’étudiante en France où elle a étudié la philosophie à Nanterre avec Emmanuel Lévinas et Paul Ricoeur, puis son départ pour Israël en 1969. Elle enseignera la littérature française à l’université de Tel-Aviv et à l’université de Ben-Gourion du Néguev. De retour en France en 1984, elle fait le choix de se consacrer à plein temps à la traduction littéraire et à l’écriture. Elle est ainsi l’auteur d’une cinquantaine de traductions, d’essais et de récits.
Après Suite byzantine (Bleu autour, 2003), elle enquête dans Anna : une histoire française, sur une figure énigmatique de son enfance, Anna, dont le destin a pesé sur le sien. Un détour nécessaire pour inscrire sa part d'étrangère dans la langue qu'elle habite, le français.
Très conviviale, cette rencontre a favorisé les échanges.

Si vous souhaitez, vous aussi, découvrir les livres écrits par Rosie Pinhas-Delpuech, voici quelques références disponibles aux silos.


SECTION ADULTES

Insomnia : une traduction nocturne. - Rosie Pinhas-Delpuech
Bleu autour. - R PIN i
Traductrice du premier des deux livres autobiographiques de Yaakov Shabtaï, l'auteur raconte ses allées et venues entre les traces et les sentiments de l'auteur qu'elle traduisait et ses propres sentiments et méditations.



Suite byzantine. - Rosie Pinhas-Delpuech

Dans les années 1940 à Istambul, une petite fille est bercée par plusieurs langues dans sa maison. Sa mère parle allemand mais aussi judéo-espagnol avec la grand-mère, et le père s'exprime en français. Mais quand l'agent du recensement passe, il parle en turc, tout comme à l'école où elle ira à l'âge de 6 ans.





Anna : une histoire française. - Rosie Pinhas-Delpuech
Bleu autour. - R PIN a
Deuxième partie de la trilogie débutée par Suite byzantine

Réactions :

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire