Coups de coeur section audiovisuel janvier 2010 N°2


Da Silva
La tendresse des fous
099.2 DAS

C’est l’histoire d’un homme à l’humeur défaite, qui par la magie des notes et des mots emporte l’auditeur d’une simple intonation de voix …Da Silva, Emmanuel de son prénom, sera d’ici peu de retour en tête de gondole de votre disquaire favoris.
Avec « La tendresse des fous », il explore une nouvelle facette de sa vie d’artiste. Fini les mises en boites musicales faites à la maison … Afin de ne pas se répéter, Manu a décidé de s’entourer de musiciens et de producteurs confirmés …
Résultat, un album magnifique, maculé d’une enveloppe nouvelle faite de cordes et de cuivres, qui place la voix du maître dans les plus hautes sphères de la chanson. Alors que les tracteurs passent et repassent devant ma fenêtre pour porter à l’abris leurs ballots de paille qui pourrait dépérir, je me prends à évoquer « La moisson », titre clôturant l’album, à mille lieux de cette allusion, minimaliste de premier abords mais dont l’ampleur ne fait que s’accroître au fil du temps figurant à souhait la lourdeur du propos, évocation en musique de l’indifférence face à la cruauté des hommes qui poussa cette jeune chinoise à se défénestrer préférant la mort à l’expulsion.
Dans la même veine musicale, mais sans aucun doute plus « enjoué », l’artiste évoque, sur « Les plaines », un voyage incessant en quête d’un ailleurs idéal jamais atteint … Hymne à l’échec, n’est-ce pas là le cœur de métier de Manu ? « La chambre » est en est de ce fait la plus parfaite interprétation … Et si pour brouiller les pistes, « Le carnaval » était une autre manière détournée de parler de ses peine, en cherchant à tout pris l’euphorie ? Da Silva reprend donc
« La route » par les bienfaits d’un album sublime et évocateur de peines communes à l’humanité, mais désormais assumées « Les plus belles lettres » … Souhaitons-lui simplement le bonheur du succès …
A l’écoute de ces quelques titres, le doute n’est plus permis …

Jean-Charles Didiot (Rock’n’France)


Slumdog millionnaire
Un film de Danny Boyle

DVD/F/BOY

L’histoire : Depuis son enfance dans les bidonvilles de Mumbai, Jamal Malik poursuit son rêve : retrouver Latika, une jeune orpheline dont il est amoureux. Alors qu'il commence à perdre espoir, il imagine pourtant une solution surprenante pour retrouver son amour : participer au plus grand show télévisé du pays : "Qui veut gagner des millions ?"...Mais alors qu'il atteint la question finale à 20 millions de roupies, il est arrêté par la police qui le soupçonne de tricherie...

Le cinéaste britannique Danny Boyle, toujours en quête de nouvelles expériences, a tourné en Inde cette histoire émouvante, drôle, tragique et romanesque, librement inspirée du roman à succès de Vikias Swarup
« Les Fabuleuses Aventures d'un Indien malchanceux qui devint milliardaire ». On est emporté par la fluidité du récit rythmé par de nombreux flash-back. Une plongée étourdissante dans les splendeurs et misères de l'Inde d'aujourd'hui.

(Le Figaro)

Heure de musique des silos 1er semestre 2010

La plaquette présentant la programmation de l'heure de musique des silos pour le 1er semestre 2010 est disponible.

Vous pouvez la consulter et la télécharger via le lien ci-dessous.


« Aprey, une splendeur nommée faïence (1742-1894) », Exposition du 2 février au 27 mars 2009, Les silos, section adultes, 2ème étage



Aprey, petit village situé à une quinzaine de kilomètres au sud de Langres possède un passé prestigieux grâce à sa production de faïences aux XVIIIe et XIXe siècles. Aujourd’hui, la manufacture d’Aprey est connue des spécialistes de la faïence au même titre que celles de Rouen, Nevers, Marseille ou Strasbourg.

Les pièces produites à Aprey se retrouvent dans nombre de collections publiques et privées. C’est à partir de l’une d’entre elles, celle de Mr Gilles Goiset, passionné d’histoire locale, que l’exposition « Aprey, une splendeur nommée faïence (1742-1894) » est articulée.

Le cœur de l’exposition est constitué de pièces inédites, de moules et de tuiles de documents anciens. L’histoire de la faïencerie, les techniques de création ainsi que les faïenciers sont également évoqués à travers 9 panneaux.

Une exposition conçue et prêtée par Mr Gilles Goiset
Programmation en partenariat avec la librairie Le Pythagore

Samedi 6 février à 16h Inauguration de l’exposition « Aprey : une splendeur nommée faïence (1742-1894) », suivie d’une conférence sur la faïence avec Mr Gilles Goiset, auteur de « Aprey, d’art, de feu, de terre et de sang », édité par Le Pythagore.

Rencontre suivie d’une séance de dédicace.

Liste de nouveautés section adultes janvier 2010





N.B
Nous testons actuellement une nouvelle solution de mise en ligne de nos documents, proposée par le service "Wobook", en place de la solution fournie précédemment par "Calaméo".
Vos avis et retours d'expériences sont évidemment les bienvenus et nous permettrons d'améliorer les services que nous vous proposons.

Coups de coeur section jeunesse janvier 2010


Les poches pleines de mots, de Paul BERGESE
Editions Soc et Foc, 2006.
J 841 BER

Paul Bergèse signe avec Les poches pleines de mots un recueil de poésie plein de tendresse et de fraîcheur. L’auteur est, tour à tour, le confident de nos amis les animaux (merle, chats, pigeons et autres escargots), de la nature et des saisons qui passent. L’écriture est toute en nuance et en légèreté, simple comme le soleil qui l’éclaire, comme les saisons, comme la fleur…
Les illustrations de Titi Bergèse rendent ce recueil aussi agréable à lire qu’à feuilleter.
Il a obtenu le prix des lecteurs Lire et faire lire 2009.




Je veux qu’on m’aime, de Léo TIMMERS
Editions Milan Jeunesse, 2009.
AJ TIM j

Je veux qu’on m’aime est un album plein d’humour. C’est l’histoire d’un corbeau si noir qu’il fait peur à tout le monde. Personne ne l’aime ; il a alors une idée… On se laisse vite prendre par ce livre au graphisme étonnant, avec son fond blanc très sobre, rare dans les albums pour enfants. L’histoire semble de prime abord très conventionnelle, mais la fin n’est loin d’être celle que l’on croit : elle est complètement loufoque ! Dans un éclat de rire, on adopte le livre et le corbeau !




Jeudi 21 janvier à 18h30 à la librairie Apostrophe : Rencontre d’écrivain avec Kebir Ammi, animée par Bernard Magnier



Né au Maroc d'un père algérien et d'une mère marocaine, Kebir Ammi vit en France depuis plus de trente ans. Aujourd'hui professeur d'anglais en région parisienne, Kebir Ammi, riche de plusieurs appartenances culturelles, nationales ou linguistiques, se joue des frontières et ne se reconnaît qu'une seule patrie : celle des mots et de la littérature.
Son œuvre, souvent nichée au creux de la mémoire, retrace la destinée de grands hommes comme celle de personnages du quotidien dont les traces se confondent parfois avec celles de l’Histoire.
Dans son dernier livre, Les vertus immorales, le narrateur, né en 1502 à Fès, est le premier Arabe à s'être rendu en Amérique. Nourri de la lecture des écrits de Marco Polo, il s'engage dans l'armée royale pour gagner le Nouveau Monde, trente-cinq ans après Christophe Colomb. Ses rencontres avec d'autres cultures sur le continent américain le conduisent à réviser son appréciation de la vertu et de la morale… Un vrai roman d'aventures et de réflexion.

Bibliographie
Les vertus immorales, Gallimard, 2009
Le ciel sans détours, Gallimard, 2007
Apulée, mon éditrice et moi, Editions de L’Aube, 2006
Abd el-Kader, Presses de la Renaissance, 2004,
Feuille de verre, Gallimard, 2004
La Fille du vent, Editions de L’Aube, 2002

[crédit photo C. Helie, Gallimard]

Urbanisme et architecture urbaine, sélection d'ouvrages en section adultes pour le mois de janvier.

Urbanisme et architecture urbaine, tels sont les thèmes de la nouvelle sélection d'ouvrages qui vous est proposée par la section adultes en janvier.
Venez ainsi découvrir l'architecture, son histoire et ses techniques sur le plan national mais également sur le plan local.
Cette table thématique est accompagnée d'un choix d'une trentaine de cartes postales anciennes issues de la collection de la médiathèque présentant le quartier de la gare au début du XXème siècle.
Vous pouvez retrouver ci-dessous la liste de documents éditée à cette occasion.




N.B :

Nous testons à partir de la liste de documents ci-dessus une nouvelle solution de mise en ligne de nos documents, proposée par le service "Wobook", en place de la solution fournie précédemment par "Calaméo".

Vos avis et retours d'expériences sont évidemment les bienvenus et nous permettrons d'améliorer les services que nous vous proposons.

Coups de coeur section audiovisuel janvier 2010 N°1




Inju
Un film de Barbet Schroeder
DVD/F/SCH

L’histoire : Débarqué au Japon pour la promotion de son nouveau roman, Alex Fayard rencontre une geiko, Tamao, menacée de mort par un ancien amant.En acceptant de l’aider, il se retrouve face à Shundei Oe, l’auteur de livres policiers dont il est le spécialiste français. Dès lors, il plonge dans un monde de mystère et de perversité, sur les traces d’un homme assoiffé de vengeance.

Un brillant thriller sexuel dans un japon en trompe-l’œil, traversé de réminiscences cinéphiles
(Les inrockuptibles).


Ce n’est pas seulement un bon thriller, c’est un superbe exercice de style sur le thriller (Le figaroscope). Un magnifique polar plus noir que la nuit (…) une réussite magnifique
(Le nouvel observateur).



Kaloomé
De otro color
074.2 KAL

La formation de Perpignan créée en 2001, Kaloomé, revient avec un nouvel album intitulé De otro color, une ode à la rumba catalane servie par des voix aux timbres très différents qui mélangent aussi flamenco et rythmes orientaux.

L’album porte des accents festifs appelant à la danse mais il y a aussi chez Kaloomé des émotions nostalgiques, du romantisme et des ballades poignantes. Ainsi la complainte Que pena, évoquant le conflit qui a opposé en 2005 les deux communautés gitane et arabe dans la ville, ou bien Adebtouni, à propos d’une famille qui se déchire et Luna, contant le désespoir d’une femme et d’un homme ne sachant s’aimer qu’à distance sous peine de briser la magie de ce qu’ils ressentent l’un pour l’autre. A côté du climat joyeux de la rumba, là encore, d’autres couleurs.
(RFI musique).